LES ÉTATS DE DÉPENDANCE


Ce soin a pour objectif d'aider toute personne assujettie à une substance toxique - drogue-tabac-alcool ou autre - à y voir plus clair dans sa vie et à générer en elle un assaut de réaction afin d'inverser sa dynamique autodestructrice.


En période d'urgence et pour amorcer un traitement d'ensemble sur une plus longue durée, il est souhaitable d'appliquer ce traitement environ 3 fois semaine.
Dans le cas de toute dépendance, il faut savoir que le chakra frontal se montre particulièrement désorganisé.

Les dépendances se produisent de la même façon

« et réagissent aux mêmes substances » que les allergies.

La différence énergétique la plus remarquable est qu'une dépendance implique une corde ou un lien relié à une entité extérieure qui s'ajoute à une forteresse émotionnelle.

On peut les trouvés dans n'importe quel chakra.

Référence la Bible des Chakras

Et derrière tout cela… à quoi ça sert la Dépendance ?

À la différence des animaux qui sont totalement déterminés et programmés, l’être humain n’est pas fini. Un animal n’a pas de choix et n’a pas de dépendance. Il s’inscrit comme un maillon dans une chaîne de la vie. Personne ne parlerait pour cela de dépendance, mais de place et d’équilibre.


L’être humain, lui, naît d’abord totalement non fini physiologiquement et ainsi totalement dépendant. Il lui faut au moins un an pour marcher et aller chercher seul sa nourriture. Bien sûr, une part de notre physiologie est comme celle de l’animal, déterminée biologiquement, mais la plus grande part s’apprend, s’écrit.


D’un autre côté, l’être humain est en soi rempli d’espérances, de désirs et d’aspirations. C’est sa part supérieure, spirituelle.


Entre les deux, il y a l’homme et son histoire. Entre animal et Dieu, avec une si grande part à écrire. C’est cette part qui aura au départ besoin d’aide extérieure, avant de se reprendre en charge d’elle-même. Avant que l’adulte puisse écrire seul sa propre histoire, sous sa propre responsabilité.


La responsabilité est ici un mot essentiel et une grande question qui se pose au niveau de la dépendance. Un être libre et autonome peut poser des actes pleins et entiers, mais en même temps il en est pleinement responsable. Alors qu’une personne dépendante n’est pas vraiment responsable de ses actes et de ses choix.


La liberté se paie ainsi d’un lourd tribut de responsabilité et d’un risque d’angoisse et de peur de se tromper.

Le tout nous étant soigneusement évité par la dépendance, surtout si elle est la plus large ou la plus lointaine possible.

« C’est la faute des autres » nous aide souvent.

C’est la faute des autres, est aussi « le véritable début de la maladie, qui commence à l’instant où nous justifions par l’extérieur le malaise intérieur » nous disait Samuel Hahnemann.

C’est peut-être la peur de la responsabilité qui peut nous faire encore choisir la dépendance.

 

Le sens caché des dépendances

18 juin 2012/dans Les articles d'Olivier Soulier /

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle